C’est bon, j’arrête…

timer
3 minutes
calendrier
Il y a 3 mois

Il y a 3 mois j’ai décidé de démarrer un blog. Aujourd’hui j’ai décidé d’être totalement transparent avec vous sur mes résultats, mais aussi mes intentions.

Mon intention : avoir de la visibilité pour mon nouveau projet (la formation en ligne).

Le résultat : un échec.

Que ce projet soit un échec, à la limite ça ne me dérange pas trop. Parce qu’honnêtement, je m’y attendais et j’en connais plus ou moins les raisons. Par contre ce qui est problématique c’est d’avoir échoué en faisant quelque chose qui ne me plaisait pas.

Ce qui est pour moi le pire type d’échec possible.

Et c’est sur ça que j’ai envie de revenir dans cet article.

Le moment où j'ai compris que ce projet était un échec

Récemment, j’ai publié un article qui s’appelle «Deux questions à se poser pour passer de meilleures journées».

Là non plus je ne vais pas passer par 4 chemins : il n’est pas de moi.

Pour ceux qui connaissent, je suis allé sur une plateforme qui s’appelle Medium. Un site américain très connu qui permet à n’importe qui de publier des articles.

Donc un jour, je vais sur Medium et je tombe sur cet article.

Je le lis, je le trouve intéressant et là quelque chose se passe.

Un petit diable apparaît sur mon épaule.

Pour vous donner un peu de contexte, quelques semaines avant j’avais publié un très gros article sur mon blog. Je n’ai pas calculé exactement le temps que ça m’a pris, mais je pense que ça dépasse la vingtaine d’heures de travail.

Personne l’a lu.

pleurer

À ce moment-là mon ego en a pris un coup.

Donc voilà ce que ce petit diable m’a dit :

«Théo, franchement pourquoi tu te casses la tête à écrire des articles dont tout le monde se fout ? Récupère des articles en anglais, adapte-les à ta sauce et personne n’y verra que du feu.»

Oui, mon petit diable sait se montrer convaincant. Alors j’ai craqué.

Allez-y, c’est le moment où vous me jetez des tomates.

Mea culpa

Je vous rassure, je ne suis pas fier de ce que j’ai fait. Mais j’ai décidé d’en parler et d’être totalement transparent sur ça pour deux raisons.

La première c’est parce que j’ai décidé de placer l’authenticité au centre de toute ma communication. La deuxième c’est parce que je pense qu’il y a des enseignements intéressants à tirer de ce que j’ai fait.

Ceux qui ont déjà publié du contenu gratuit le savent.

C’est un travail très frustrant et ingrat.

La réussite de son contenu n’est pas seulement liée au temps et à l’énergie qu’on va y mettre.

Quelqu’un sur LinkedIn peut poster «Bon Dimanche à tous» et avoir plus de retours qu’une personne qui a mis plusieurs heures à écrire un article.

C’est le jeu et il faut l’accepter.

Alors attention. Je ne suis pas du tout entrain de dire que ce que j’ai publié méritait une ovation. Loin de là.

Mais j’ai pu remarquer que le contenu qui fonctionne le plus aujourd’hui, c’est ce que j’appelle le contenu fast-food.

Rapide et simple à ingurgiter.

Et sincèrement, je trouve ça compréhensible. C’est comme si je vous disais «viens on va dans un restaurant où on va prendre le temps de manger. Genre prévoit 5 heures. Et tu vas voir, avant de manger chaque plat, un serveur va nous expliquer la complexité du plat pour qu’on puisse apprécier toutes les saveurs.»

On est d’accord que ça vous fait déjà chier ?

Sauf que le fast-food c’est pas seulement la mauvaise bouffe.

C’est aussi la surproduction.

Et c’est ce qu’il se passe actuellement sur les réseaux sociaux. Tout le monde veut de l’attention de tout le monde et ça finit par être un beau bordel.

On ne travaille plus que la forme, c’est-à-dire comment capter l’attention des gens, sans plus se préoccuper du fond.

Fini le blog, place à la documentation

Tout ça pour vous dire que j’ai décidé d’arrêter.

jarrete

Pas les articles, non.

Mais plutôt arrêter de créer du contenu avec comme seul objectif d’avoir de la visibilité. Créer du contenu et avoir uniquement cet objectif, c’est ce qui amène inévitablement à faire des choses que ne nous ressemble pas et finir par ne plus prendre de plaisir à créer.

Alors à la place j’ai décidé de créer un documentaire.

Non vous n’allez pas voir des guépards chasser des antilopes.

Ce que vous allez pouvoir suivre c’est le parcours d’un jeune entrepreneur.

Alors oui ça sera peut-être moins sensationnel, mais je peux vous garantir une chose : vous verrez de la transparence et de l’authenticité.

Parce que la voilà ma nouvelle motivation :

Humaniser ma communication.

Je suis devenu entrepreneur pour ne pas avoir à rentrer des cases et respecter certains codes. Malheureusement même quand rien ne nous y oblige, c’est difficile de s’en affranchir complètement.

Alors on essaye d’être le plus lisse possible pour plaire à tout le monde.

Mais aujourd’hui ça ne m’intéresse plus.

J’aime voir l’authenticité et la vulnérabilité chez les autres. Alors j’ai décidé de commencer de l’incarner déjà moi-même.

Si vous aussi c’est ce que vous aimez et que suivre de l’intérieur l’aventure d’un jeune entrepreneur vous plaît. Alors, rejoignez ma newsletter.

Je vous donne rendez-vous bientôt pour un nouvel article qui va expliquer plus en détail ce nouveau projet.

Partager

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter

Inscris-toi à la newsletter préférée des français

Sondage effectué auprès de personnes totalement objectives et de bonne foi

Précédent
Suivant